Ce qu’il faut emporter en voyage

LE MATÉRIEL

Le sac de voyage

En voyage, votre sac est votre maison, tout ce que vous possédez s’y trouve, il doit être solide, pratique et confortable. Je ne lésine jamais sur la qualité du matériel technique. J’ai constaté que le « pas cher » coûte cher et qu’il est important de pouvoir compter sur son matériel quand vous êtes au milieu de nulle part. Si vous achetez un sac à dos bon marché qui, en plus d’être moins confortable, vous lâche après trois mois, vous devrez en racheter un. S’il vous lâche en pleine montagne, vous avez tout gagné  ! Pensez en premier lieu à la solidité, au confort et à l’aspect pratique. Vous trouverez ce dont vous avez besoin dans les magasins spécialisés dans la randonnée/aventure outdoor.

Un bon sac, coûte entre 150€ et 300€ (eh oui !)

Sac de voyage de qualité

J’ai longtemps voyagé avec un sac à dos de type randonnée jusqu’à ce que je découvre le sac-valise, c’est à dire un sac à dos à ouverture « valise », que vous chargez non plus par le dessus, mais qui s’ouvre sur toute la longueur. Il présente plusieurs avantages :

Sac de voyage ouvert

 

– Accès aisé grâce à un large zip en demi-cercle : vous ne devez pas tout vider pour prendre un tee-shirt au fond du sac. Pour plus de facilité, j’emballe souvent mes sous vêtement, mes affaires de toilette, etc… dans des sacs platiques différents; cela permet de trouver les choses plus simplement et de les garder au sec en cas de pluie.

 

– Il se ferme grâce à des zip, donc vous pouvez le cadenasser, c’est important quand il voyage en soute (avion, train ou bus)

Porter un sac– Vous pouvez le porter comme une valise ou comme un sac à dos. Aujourd’hui, certains sacs-valises sont si bien conçus qu’ils font parfaitement l’affaire lors de trekkings.

– Si vous voulez le garder longtemps, une housse est à prévoir en cas de pluie mais surtout pour le protéger durant les voyages sur les toits des bus et autres soutes.

– Certains ont un sac à dos de ville amovible zippé au sac à dos, ce qui est très pratique

 

-Le sac présenté ici est un Deuter travel 70+10

 

La trousse à pharmacie

Equipment du voyageur

– Sparadrap et steril strips

– Préservatifs (ceci concerne les garçons comme les filles)

– Micropure pour l’eau. Elle donne un mauvais goût mais dépanne lors d’un trekking. On trouve des bouteilles d’eau presque partout dans les villes et les villages, mais plus lorsque l’on s’en éloigne.

– Désinfectant intestinal

– Anti-diarrhétique

– Anti-inflamatoire

– Antibiotique à large spectre

– Désinfectant type mercurochrome, crème bétadine

– Aspirine (En prendre une par jour pendant un mois avant un trekking en haute altitude aide à combattre le mal de l’altitude car elle fluidifie le sang ; mais attention en cas de blessure… le sang est plus fluide, attention aussi pour les femmes qui ont leurs règles)

Il s’agit ici d’une trousse très légère et générique, il vous faudra bien sûr passer chez un médecin (si possible spécialisé en médecine tropicale) qui vous conseillera sur les vaccins nécessaires.

Sac de couchage

Il en existe pour tous les usages et toutes les bourses. Sac de couchageOn ne prendra pas le même duvet pour les hauts plateaux tibétains par -20° que pour une randonnée dans les Alpes du sud en été. Privilégiez le sac de type sarcophage (plus léger et moins volumineux), avec capuche (pour garder la chaleur).

Personnellement, je favorise un sac large (je suis grand et plutôt costaud) ; certes le duvet est plus volumineux et un peu plus lourd ; mais je gagne en confort et ça n’a pas de prix. Une bonne nuit de
sommeil est importante après une journée de marche ou de voyage fatigant. J’ai récemment acheté le « Tropen », sac de couchage de l’armée Suédoise. Ses qualités thermiques et son rapport poids/volume/confort est excellent. Il a en plus une moustiquaire amovible. Je l’ai testé l’été dernier lors d’une randonnée dans les Encantat (parc naturel des Pyrénées espagnoles). J’en ai été ravi.

Dans le sac

– Boules quiès ; on les oublie souvent, mais dans un train de nuit, un avion, un hôtel bruyant, elles sont bienvenues.

– Une paire de chaussures de marche si vous voulez faire du trekking (choisissez une paire adaptée à ce que vous compter faire) et encore une fois, ne lésinez pas sur la qualité, sinon je vous garantis que l’inconfort et la douleur provoquée par les ampoules vous gâcheront les plus beaux paysages, les accueils les plus chaleureux, les plaisirs les plus simples. Aujourd’hui, certaines chaussures sont très polyvalentes, légères, solides et confortables ; elles permettent de passer presque partout.

– Un sac à viande (très utile dans les bouibouis où seule une méchante couverture vous est proposée) ; préférer le en tissu léger afin qu’il sèche rapidement.

– Une serviette : vous en trouverez de faible volume, avec une grande capacité d’absorption et séchant rapidement dans n’importe quel magasin de sport, sinon, un paréo est très commode (il servira également de drap de plage).

– Une fourrure polaire légère (pour l’Indonésie et ses volcans, par exemple ou encore les fraîches nuits dans la jungle ou les déserts). Une plus chaude sera nécessaire pour les montagnes du Népal ou du nord de l’Inde par exemple.

– Un coupe-vent (choisissez le léger et peu encombrant), mais encore une fois, évitez le « cheap », vous le garderez plus longtemps et il remplira sa fonction.

Prise US-TRONIC– En fonction des pays visités, une prise adaptatrice est très utile car à Singapour, au Japon, au Canada, en Amérique du Sud ou encore aux USA, vous ne pourrez brancher aucun devos appareils électriques).

 

– Une montre solide et étanche avec alarme (qui vous réveillera pour prendre un avion ou un train tôt le matin)

– Un cadenas à code, il fermera votre sac et le cas échéant votre chambre ou la porte de votre bungalow.

– Je porte souvent un pantalon de type treillis militaire ; je les apprécie pour leur solidité, leur côté pratique et leur confort. Il y en a dans tous les magasins de randonnées ou surplus militaire.

– Un cahier et un stylo ou un ordinateur pour recueillir vos impressions de voyages. Croyez-moi, ces souvenirs seront précieux plus tard et vous aimerez peut-être les partager avec votre entourage. Pour ma part, j’en ai tiré un livre « Et si c’était mieux là-bas ? » (je ne vous l’avais pas encore dit ?… ben oui, il faut bien que je fasse mon petit commerçant avec ses gros sabots de temps en temps, non ?) Ma famille et mes amis en furent ravis.

– Une paire de lunettes de soleil (encore une fois : qualité, qualité, qualité), il s’agit de vos yeux !

– Lampe de poche type Maglite (petites, solides et efficaces),

Lampe torche de qualité Mode bougie - lampe torche

ou une lampe frontale ; Petzel en fait d’excellentes.

Lampe frontale ergonomique

 

Trousse de toilette compacte

 

– La trousse de toilette idéale sera munie d’un crochet et d’un petit miroir ; parfois, vous n’aurez qu’un clou au mur de votre douche, parfois rien que la poignée de la porte.

Couteau Suisse multifonction

 

 

– Un canif solide et pratique, ma préférence va au couteau suisse «Workchamp» très complet, avec un
cran bloquant la lame et tenant bien en main.

 

– Si vous comptez partir dans la jungle, un poignard Couteau solidesera bienvenu ; ma préférence va aux couteaux
nordiques type « Puukko ». Ils offrent un excellent rapport solidité/prix. Plus qu’un couteau, c’est un outil (ici un couteau de la marque Helle)

 

Par contre, il ne s’agit pas d’un couteau de survie à proprement parler ; si c’est ce que vous rechercher, il y a bien sûr la gamme ESEE, mais pour de la « survie légère », le Bushcraft de la marque Cold steel, léger, super costaud et bon marché (une quarantaine d’euro). Je suis parti quelques jours avec mon fils dans la forêt de Broceliande en « survie », ce couteau s’est avéré parfait.

Couteau de survie