Nos amis les missionnaires !

Cambodge 1995

Comme dans tous les pays en difficultés, des missionnaires rôdent à la recherche de proies faciles. Une mosquée s’est ouverte il y a peu, tous ceux qui souhaitent écouter le prêche de l’imam reçoivent 1$ par jour de présence. La mosquée était pleine tous les jours d’élèves assidus. Après cinq mois, l’imam, pensant que ses ouailles étaient mûres pour pratiquer librement -et donc gratuitement- la vraie religion l’annonça en présentant la chose comme une superbe nouvelle. Le lendemain, la mosquée était vide.

Depuis un mois, la télé, la radio et de grandes affiches dans les villages annoncent la venue de Mike Evans, un télévangéliste venu des USA pour « guérir tous les handicapés du pays, du moins ceux qui croient en Dieu et en son fils Jésus Christ ». Le message fut reçu par un public de désespérés prêt à croire à ce Jésus Christ s’il tient ses promesses. Quarante mille personnes se réunirent dans le stade olympique, un nombre impressionnant d’aveugles, de paralytiques et d’amputés déferlèrent sur la ville.

Le premier jour tourna quasi à l’émeute car ses collaborateurs -suivant une technique bien rodée- réalisaient des miracles bidons (on met la main sur la tête d’une fillette, on prie, puis on hurle « gloire à Dieu, elle est guérie »). L’hystérie collective aidant, les rumeurs parcourent la foule mais rapidement ils réalisent la supercherie, alors la foule ne se tient plus et tente de grimper sur la scène. Comprenant ce qui risque de lui arriver, Mike Evans s’éclipse rapidement. Le jour suivant, il y eut beaucoup moins de monde et le spectacle du télévangéliste -accompagné d’une équipe américaine de tournage- a été annulé pour raison de sécurité. La colère des gens était à la mesure des espoirs déçus. Des jeunes se sont attaqués à la camionnette de « Global Network » et les militaires ont dû intervenir pour contenir l’atmosphère de lynchage. Il a raté son pari sur la crédulité et la souffrance des gens. On vit ces centaines de désespérés rentrer à pied dans leurs campagnes, parfois à plusieurs jours de marche. Certains avaient vendu leur vache, leur seul bien, dans l’espoir fou de guérir.

Un missionnaire américain qui enseigne dans une école biblique à Phnom Penh a déclaré « C’est l’Église bouddhique, elle ne veut pas d’une autre Église ici. Ils sont égoïstes. Vous comprenez, le temps est venu pour les Cambodgiens de grandir. Ce sont des enfants et la croyance en Jésus Christ peut les aider, la foi permet des choses incroyables ».

Ces religieux paternalistes sont une bande de hyènes !

Trouver le livre ?  conseils-de-voyage.com